News — June 17, 2017 at 8:22 am

Helmut Kohl: l’Allemagne rend hommage au chancelier de la réunification

by

Zoom La chancelière allemande Angela Merkel et l’ancien chancelier Helmut Kohl, le 27 septembre 2012 à Berlin Photo WOLFGANG KUMM. AFP

«Helmut Kohl a changé ma vie de façon décisive.» Angela Merkel a rendu un hommage appuyé à son mentor, dont elle a aussi précipité la chute dans le sillage de l’affaire des caisses noires de son parti, la CDU. Depuis Rome où elle était en déplacement, la chancelière grandie à l’est a rappelé le rôle joué par l’ancien chancelier, décédé vendredi à 87 ans, dans la chute du régime communiste et la réunification. Angela Merkel ne manque jamais de rappeler son émerveillement à la découverte de la liberté, à la chute du Mur. «Tout ce qui a suivi dans les 27 années suivantes, d’hier à aujourd’hui, n’aurait jamais été envisageable sans Helmut Kohl, je lui suis personnellement très reconnaissante», a ajouté Angela Merkel, sans rappeler toutefois qu’elle lui doit aussi sa carrière politique : Kohl, qui avait besoin d’elle pour féminiser et représenter l’ex-RDA au sein de son gouvernement, avait lancé sa carrière politique en la nommant ministre de la Famille, un poste que cette divorcée sans enfants n’avait guère goûté.

Même hommage appuyé de la part du successeur d’Helmut Kohl, Gerhard Schröder, qui avait battu l’ancien chancelier aux législatives de 1998. «Lors de la campagne de 1998, nous avons lutté sans concession l’un contre l’autre. Mais pour moi il a toujours été important que son œuvre politique n’en souffre pas», ajoute l’ancien chancelier, faisant allusion au slogan du SPD en 1998 : «Merci Helmut, ça suffit !» Gerhard Schröder rappelle aussi les excellentes relations entretenues par Kohl tant avec la Russie de Gorbatchev et Eltsine qu’avec la France de Mitterrand. Une partie du SPD reproche à Angela Merkel la dégradation des relations avec le voisin russe.

Martin Schulz, le challenger d’Angela Merkel en vue des élections de septembre prochain a lui aussi rendu un vibrant hommage à l’ancien chancelier. «L’Allemagne perdu un grand chancelier. L’Europe perd un grand homme, un homme de dimension historique, qui en tant que chancelier de l’unification a su mener notre nation avec un instinct politique très sûr à travers cette phase qui a changé la face du monde.»

Même l’opposition allemande salue la mémoire de l’ancien chancelier. «Bien sûr, nous avons fondé notre parti, les Verts, contre lui et nous avons contribué à sa défaite, rappelle l’ancien leader des Verts Jürgen Trittin. Mais son mérite restera d’avoir unifié l’Allemagne sans chaos au sein de l’Europe.» Même tonalité du côté du parti néo-communiste die Linke. Le ministre président du Land de Thuringe, Ramelow, souligne les mérites du chancelier de la réunification, «qui a su utiliser les chances d’une révolution pacifique pour mener à l’unité pacifique de l’Allemagne.»

«Très vieux»

Dans la rue, le bilan est toutefois plus mitigé. Anton, 19 ans, sait seulement d’Helmut Kohl «qu’il a dirigé pendant très longtemps et qu’il était très vieux.» Claudia, 47 ans, née à l’Est, lui vaut une reconnaissance éternelle pour la réunification. Tout comme Birgit, 68 ans, qui a elle fui l’ex-RDA du temps du Mur. Hartmut, 66 ans, costume en lin et sandales au pied, un chapeau sur la tête, s’émeut de la «dilapidation de l’ex-RDA» et des mensonges de la réunification, «lorsqu’il a promis des bananes à tout le monde et des paysages fleuris. Les Allemands de l’Est ont été volés de toute la richesse qu’ils ont amassée à travers des générations de labeur, de douleurs et de sang versé. Aujourd’hui encore, on en paie les conséquences, avec les inégalités sociales.» Jürgen, né l’année de l’arrivée au pouvoir de Kohl, se souvient d’une enfance «marquée par ce géant : dès qu’on allumait la télé, Kohl était dans le poste. Et ça a été comme ça jusqu’à mes 16 ans !» Jürgen ne se sent aucune affinité avec l’ancien patriarche de la CDU. Mais conçoit que sa disparition soit un triste jour pour Berlin, l’Allemagne et au-delà l’Europe.

La presse allemande rend depuis hier un hommage ininterrompu au chancelier de l’unité : émissions spéciales, numéros spéciaux pour la presse, albums photos rappellent les grandes étapes de la vie de l’ancien chancelier. L’accent est mis sur l’unification, moins sur les pages sombres de son bilan. L’ancien chancelier a gardé jusqu’au bout le silence sur les noms des généreux donateurs qui ont financé de façon illégale une partie de ses campagnes électorales. L’affaire des caisses noires avait finalement précipité sa chute.

Nathalie Versieux correspondante à Berlin

Comments are closed.